Climat : l’exécutif français vit-il sur la même planète que nous ?

L’OBS – OPINION. La France réduit officiellement ses ambitions en matière de lutte contre le réchauffement, ignorant grossièrement une colère que l’on sent partout monter.

On se demande parfois si les membres du gouvernement vivent bien sur la même planète que nous. Evidemment, on les sait très occupés : ils ont des cascades de réunions à honorer, des déplacements à faire, des interlocuteurs à rencontrer, des desiderata à supporter et des interviews à donner. Mais il faudrait quand même que quelqu’un, quelque part, leur suggère d’« ouvrir le poste », comme disaient nos grands-parents.

Mais oui, allumer la radio ou la télévision, ouvrir les journaux, aller musarder un brin sur les réseaux sociaux serait une heureuse initiative car, franchement, il se passe pas mal de choses ces derniers temps, et pas seulement du côté des « gilets jaunes ».

Ainsi, à l’heure où nous écrivons ces lignes, quelque 2,17 millions d’internautes ont déjà signé la pétition pour l’Affaire du siècle. Cette campagne destinée à porter plainte contre l’Etat français pour inaction climatique est celle qui, dans l’histoire du Net français, a rassemblé le plus de voix, toutes causes confondues. Ce n’est pas rien.

Facteur 4

Un certain François de Rugy qui est, paraît-il, ministre chargé de la Transition écologique dans l’actuel gouvernement, a même déclaré au « Parisien » qu’il était « agréablement surpris » du succès de cette pétition. On aimerait en dire autant de lui. Le ministre a aussitôt balayé d’un revers de main cette action :

« Ce n’est pas dans un tribunal qu’on va faire baisser les émissions de gaz à effet de serre. Ce n’est pas à des juges de forcer le gouvernement à prendre une loi, ce n’est pas le sens de nos institutions. »

Comme il a raison ! C’est effectivement aux membres de l’exécutif de faire le travail pour lequel ils ont été nommés. Par exemple, dans le cas de François de Rugy, de faire respecter par la France les objectifs que la France elle-même s’est fixés en matière de climat.

L’un de ces objectifs était de réduire par quatre les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 (par rapport à 1990). On dit « était », parce que cet objectif est officiellement tombé à l’eau.

C’est notre confrère « Libération » qui l’a révélé : dans son projet de loi énergie, le gouvernement va remplacer le « facteur 4 », c’est-à-dire la réduction par quatre de nos émissions décrétée en 2005 (oui, il y a presque quinze ans), par un objectif de « neutralité carbone ».

Neutralité carbone

La neutralité carbone est un noble objectif en soi – il s’agit de construire une société qui n’émettrait pas plus de gaz à effet de serre que sa capacité à en absorber. Mais c’est la mise en œuvre qui pèche. Capturer et stocker les gaz à effet de serre, cela passe par la plantation d’arbres – et il ne semble pas que la France aille tellement dans ce sens. Et autrement, c’est un projet industriel qui, sans même se demander s’il est souhaitable, n’est absolument pas au point.

Pour être clair, le gouvernement est comme cette personne qui, en plein régime, jure qu’elle va continuer à s’empiffrer de sucreries, tout en promettant de faire six fois plus de jogging. Il y a de grandes chances pour que son diététicien hoche la tête d’un air sévère.

Cette fois, ce ne sont pas les diététiciens qui sont consternés, mais nos enfants. Voilà plusieurs mois que les collégiens et lycéens font grève tous les vendredis un peu partout dans le monde pour protester contre l’incurie des élus face au dérèglement du climat. Le 15 mars prochain devrait avoir lieu la grande marche des ados du monde entier pour ce motif. Est-ce trop demander au gouvernement français que d’essayer de ne pas les décevoir ?

Arnaud Gonzague

Source :https://www.nouvelobs.com/planete/20190208.OBS10532/climat-le-gouvernement-francais-vit-il-sur-la-meme-planete-que-nous.html

Sujets similaires