Shaka Ponk s’empare du micro pour un discours écolo aux Victoires de la musique 2019

Aux Victoires de la musique 2019, le chanteur Frah a fait un discours sur “la fin du monde”, à la surprise de Daphné Bürki et du public.

VICTOIRES DE LA MUSIQUE 2019 – Le discours n’était visiblement pas prévu. Alors qu’il devait se produire avec son groupe Shaka Ponk sur la scène des Victoires de la musique, ce vendredi 8 février, le chanteur Frah a pris le micro pour délivrer un message écolo au public et aux milliers de téléspectateurs de la cérémonie.

“On est désolés, on a un petit problème technique, on ne va pas pouvoir faire le morceau tel qu’on l’avait prévu mais ne vous inquiétez pas, c’est pas grave, c’est un peu embêtant, c’est juste la fin du monde”, a commencé le chanteur, face à un public d’abord médusé.

“Rassurez-vous, c’est pas la fin du monde ce soir, c’est la fin du monde demain. Peut-être qu’en disant toutes ces choses on va lâcher un petit malaise, peut-être qu’on va passer pour des cons, peut-être qu’on va torpiller notre carrière (…) c’est pas grave parce qu’on est tous des cons, et c’est parce qu’on est tous des cons que c’est la fin du monde”.

Le discours de Greta Thunberg à la COP24

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de cet article, le chanteur de “Let’s bang” a ensuite lancé un véritable appel pour le climat, pour la protection de la biodiversité et la réduction de la pollution… sans vraiment faire attention à la présence de la présentatrice Daphné Bürki, qui tentait tant bien que mal de reprendre la main sur la soirée.

“Comme nous sommes aux Victoires et que des artistes et des célébrités, il y en a un paquet, nous voudrions profiter de cette immense tribune pour leur demander à tous de venir nous donner un coup de main dans cet immense merdier. Nous parlons à des millions de gens, utilisons cette chance pour changer notre manière de vivre et de consommer. C’est un fait établi, si nous continuons tous à faire comme tout le monde sur cette planète, il n’y aura bientôt plus personne pour faire quoi que ce soit.”

Shaka Ponk a ensuite interprété son titre “Killing Hallelujah”, une chanson sur le spécisme, qui traite “de la façon dont l’homme croit avoir le droit de vie ou de mort sur les autres êtres, celui de consommer de manière hérétique en générant pollution ou douleur”, selon le groupe. Leur prestation a été accompagnée de la diffusion des images d’un discours de la jeune Suédoise Greta Thunberg, qui avait délivré un message coup de poing lors de la COP24.

Sujets similaires